La peinture sans contrainte (VIIIe-Xe s.) : - de l'inclassable des traits chinois l'orthodoxie Zen

Submitted by James Miller on Sun, 02/22/2009 - 13:30
James Miller's picture
TitleLa peinture sans contrainte (VIIIe-Xe s.) : - de l'inclassable des traits chinois l'orthodoxie Zen
Publication TypeJournal Article
Year of Publication2002
AuthorsMesnil, E.(1)
JournalArts asiatiques (Paris)
Volume57
Pagination137
Date Published2002
PublisherEcole franaise d'Extrme-Orient
ISBN Number0004-3958
KeywordsAsia, Asie, Chan, China, Chine, Encre, English:: - Technique, French:: - Shi Ke, Guanxiu, Ink, Lavis, Monochrome, Painting, Peinture, Peinture yi, Sun Wei, Taoism, Technique, Trait, Treaty, Zen
Abstract

L'apparition de la peinture dite sans contrainte (yi) dans la Chine du milieu du VIIIe s. marque le point de rencontre entre de nouvelles techniques audacieuses, essentiellement mais non exclusivement monochromes, et des tentatives d'intgrer dans un systme classificatoire des calligraphes et des peintres hors des normes. Pour la premire fois, Huang Xiufu dans le Catalogue des peintures clbres de Yizhou (dat 1006) donne une dfinition prcise de cette nouvelle catgorie qu'il porte au sommet de l'chelle de valeur. Ce fait indique la place dsormais reconnue au phnomne novateur que traverse alors la peinture, avec pour toile de fond la socit de Shu (Sichuan). L'tude du cas de Sun Wei (actif fin Ixe s.), le seul peintre alors qualifi de yi, met en vidence sa virtuosit picturale associe un art de vivre imprgn des concepts du taosme et du bouddhisme Chan. L'affranchissement de toute contrainte qui caractrise la peinture yi s'illustre pleinement dans le style de Guanxiu (832-912) et Shi Ke (fin xe s.). L'analyse des oeuvres au nom de ces deux peintres conserves au Japon, conjointe celle des sources crites, rvle toutefois des remaniements et des attributions tardives qui pourraient s'expliquer par une volont d'orthodoxie dans la tradition de la peinture Chan/Zen.